Topos sur la sécurité des plantes chinoises


Patient: « Vos plantes chinoises sont-elles sûres? »

Praticien: « Oui à 100% »

Cette réponse affirmative aussi brève ne rassure pas le patient en Belgique où l’utilisation des « plantes » chinoises a mauvaise presse.

Alors étayons un peu pour démystifier, clarifier, rassurer, apaiser, relativiser objectivement les soupçons qui planent voire même d’éclaircir la véracité des accusations lourdes.

TROIS FACTEURS POUR LA SECURITE:

1. La qualité de la plante elle-même

La question de la qualité ne se posait pas il y a 2000 ans mais à l’heure de l’industrialisation agricole et de son utilisation de pesticides et autres agents nocifs, le praticien consciencieux de médecine chinoise travaille en collaboration avec des fournisseurs imposant leurs normes de qualité selon un standard très élevé. Ces entreprises d’importations sont dotées d’une technologie de pointe qui permet le contrôle et donc la garantie sur la qualité.

2. La bonne utilisation de la substance

Le bon usage sous-entend le respect intégral des règles établies par le système médical chinois.

Dans la pratique quotidienne, les plantes utilisées sont non-toxiques et visent à renforcer un corps en faiblesse.

Certains praticiens en Chine, pour traiter une maladie grave comme Alzheimer par exemple, vont utiliser dans les remèdes choisis, des substances dites toxiques. Et avec la connaissance approfondie de la nature humaine combinée à la rigueur scientifique qui caractérise leur art, cette toxicité est maîtrisée et inhibée par l’interaction savamment choisie d’autres substances qui composent la formule, par le mode de préparation (PAO ZHI), par le temps de décoction voire d’autres procédés.

3. La pertinence de l’ indication de la dite substance médicinale

Le choix des herbes vient du bilan que le praticien établit selon la dialectique de la médecine chinoise.

Notez que la quantification d’un des constituants actifs ne reflète pas de façon objective son efficacité globale.

C’est là que réside la différence avec la médecine moderne dite « chimique ». Par exemple HUANG LIAN (coptis chinensis) et HUANG BAI (phellodendron amurense) contiennent tous les deux de la berbérine et la méthode moderne pour la quantifier est la même pour ces deux plantes.

Bien que cette méthode scientifique puisse contrôler correctement le principe actif de ces deux plantes, elle ne permet pas de différencier les deux substances telles qu’elles sont connues en médecine chinoise.

Les médecins chinois ne remplaceront jamais l’une par l’autre car ils considèrent comme un tout les constituants des produits de la drogue au lieu d’observer la seule berbérine.

HUAN LIAN clarifie la chaleur/plénitude du foyer supérieur et médian (Estomac, foie, coeur).

HUAN BAI traite la chaleur/vide du foyer inférieur (Reins, vessie, gros intestins, et intestins grêle).

En terme de symptôme, l’un traitera les nausées et palpitations et l’autre traitera entre autre, la cystite ou diarrhée. Les cibles seront à la fois multiples et aussi très différentes selon la plante utilisée bien que venant d’une famille analogue.

QUID DES CAS D’INTOXICATION PAR LES PLANTES CHINOISES?

Fin des années 90, plusieurs cas d’intoxication dont deux décès sont survenus à la suite de traitement amaigrissant sous recommandation de médecin conventionnel ou par auto-médication. Ce cocktail amaigrissant contenait des substances appartenant à deux pharmacopées, moderne: Poudre de beladonne, acétazolamine, poudre de pancreas, de lamaria, de fucus, et de cascara

et deux substances de la pharmacopée chinoise: Magnolia officinalis-HOU PO, Stephaniae tetrandrae-HAN FAN JI.

Notez que cette dernière plante voulue, à en réalité été identifiée de façon erronée par un médecin non formé correctement en médecine chinoise. La substitution  malheureuse s’est réalisée avec un usage irrationnel d’une autre plante: l’ Aristolochia fangchi-GUANG FANG JI qui après enquête sur les agents responsables,  est suspectée car contenant des substances neurotoxiques.

A ce mélange détonant se rajoute des injections intradermiques d’extrait d’artichaut et d’ euphylline et un régime stricte basse calorie. Le résultat est une fibrose rénale pour 53 jeunes femmes (possiblement 100)  avec en sus un cancer de la vessie pour 18 de ces patientes soumises à ce régime imprudent.

Dans un but mercantile, on a emprunté et sorti de son contexte, une substance en réduisant son utilisation selon une vision étroite qu’offre la grille de lecture scientifique.

Les trois facteurs de sécurité  cités plus haut et qui relèvent de l’art médical chinois, ont tous été bafoués!

1. La qualité de la plante

Une forme synthétisée (poudre cryogénée) a été préférée dans ce cocktail désastreux alors qu’en médecine chinoise c’est la plante brute qu’on utilise. Le risque ici est de détériorer la substance et de produire des effets non-connus par la médecine chinoise.

2. La bonne utilisation de la substance

Mélange « expérimental » avec la pharmacopée occidentale.

Posologie démesurée.

Durée de traitement démesurée.

Non surveillance régulière des patients confrontés à ce traitement.

Non-association savante de plantes.

3. La pertinence de l’indication de la dite substance

Indication erronée.

CONCLUSION:

On observe le danger que représente non pas la médecine chinoise ou ses substances médicinales mais bien l’utilisation hasardeuse par l’industrie pharmaceutique, d’un produit issu de connaissance médicale, physiologique et pharmacologique qu’elle ne maîtrise pas.


 

 



 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Médecine Chinoise, Non classé, Phytothérapie chinoise | Laisser un commentaire

NOTION DE PHYTOTHERAPIE CHINOISE

Je profite de cette rubrique du blog de Philippe Sionneau mettant en garde sur l’auto-médication avec des plantes chinoises apparemment anodines comme le ginseng, pour vous présenter les notions qu’un praticien doit maîtriser en plus des interactions médicamenteuses et effets secondaires détaillés clairement dans l’article de cet expert dont voici le lien: http://sionneau.com/medecine-chinoise/articles/ginseng-interaction-medicamenteuse-overdose-intoxication/

Gardons l’exemple du REN SHEN = ginseng = racine humaine.

Sa qualité et ses propriétés sont modifiées selon:

Son lieu de culture ( N/E Chine, Nord de la Corée, Japon, USA ou CANADA).

Son mode de culture (sauvage, transplanté, cultivé).

Son âge (plus il est vieux plus il est puissant).

et sa méthode de préparation (cru et séché au soleil, cuit à la vapeur, préparé au sucre, utilisation des radicelles uniquement…).

FONCTIONS:

Tonifie fortement le QI

(rappel de ce concept de QI ici: http://www.medecine-chinoise.be/medecine_moderne_chinoise-qi_meridiens_points.awp),

Tonifie la rate et le poumon,

Génère les liquides organiques,

Renforce et calme l’esprit,…

TROPISME:

POUMON et RATE

(notion d’organe en médecine chinoise cliquez ici:http://www.medecine-chinoise.be/medecine_moderne_chinoise-notion_organe.awp)

POSOLOGIE:

Choisie en fonction de la corpulence du patient mais aussi selon le but thérapeutique recherché. Je ne développe pas davantage.

NATURE et SAVEUR:

Doux, légèrement amer, légèrement tiède.

INDICATIONS selon le déséquilibre mis en évidence:

Collapsus de QI et de SANG, asthénie, perte d’appétit, diarrhée,vomissement, insomnie, palpitation, transpiration spontanée, souffle court, perte de mémoire…

(rappel de la notion de syndrome ici:

http://www.medecine-chinoise.be/medecine_moderne_chinoise-concept_syndrome.awp)

Mais aussi LES ACTIONS selon L’APPLICATION MODERNE:

Stimule le Système Nerveux Central en basse posologie et inhibe celui-ci en haute posologie, Immuno-stimulant, favorise la dilatation du col de l’utérus pour favoriser l’accouchement, favorise la fonction hépatique, favorise la glande pituitaire et surrénale,…

INCOMPATIBILITES ALIMENTAIRES:

Navet, radis, rave, thé (diminue l’assimilation des gingénosides et autres constituants du ginseng).

Notez l’absurdité de certains thés au ginseng vendu dans le commerce.

ASSOCIATIONS D’AUTRES PLANTES:

Il est rare d’utiliser un seul remède en phytothérapie chinoise. C’est la combinaison judicieuse de plusieurs plantes qui traite le syndrome de manière harmonieuse.

Par exemple pour traiter la toux, calmer la dyspnée venant d’un VIDE du QI du POUMON, on peut associer REN SHEN radix panacis ginseng à HE ZI fructus terminaliae chebulae qui complète l’action en retenant le QI du POUMON, dissout les mucosités et abaisse le QI (la toux est considérée comme un inversion du bon sens du QI du POUMON).

RESUME POUR UN PUBLIC AVERTI:

Son corps ressemble à un être humain, il est voué à la vie de l’être humain.

Doux, il tonifie fortement YUAN QI ( le QI véritable), équilibre l’esprit, renforce l’intelligence. Il éloigne la mort car c’est un monarque du collapsus du QI.

Il se dirige dans les méridiens du Poumon et de la Rate ( les 2 organes phares du QI).

Les anciens disaient qu’il tonifie le QI véritable des 5 organes.

Tiède il n’assèche pas. A l’inverse, en tonifiant fortement le QI il favorise la production du SANG et des liquides.

Puisqu’il tonifie le QI et le SANG et qu’il se dirige dans le méridien du COEUR, il nourrit le COEUR, calme le SHEN (l’esprit), et renforce l’intelligence.

MOTS CLES:

Collapsus de QI

Vide QI/SANG/LIQUIDES

POUMON/COEUR/RATE

COMPLEMENT D’INFORMATION:

Notez que la « conception organique du corps humain » telle qu’elle existe dans les sciences médicales chinoises influence l’utilisation du remède.

La quantification de l’un des constituants actifs ne reflète pas de façon objective son efficacité globale.

C’est là que réside la différence avec la médecine moderne dite « chimique ».

Par exemple HUANG LIAN coptis chinensis et HUANG BAI phellodendron amurense, contiennent tous les deux de la berbérine et la méthode moderne pour la quantifier est identique pour ces deux plantes.

Bien que cette méthode puisse contrôler correctement le principe actif de ces deux plantes, elle ne permet pas de différencier les deux substances telles qu’elles sont connues en médecine chinoise.

Les médecins chinois ne remplaceront jamais l’une par l’autre car ils considèrent comme un tout les constituants des produits de la drogue au lieu d’observer la seule berbérine.

HUANG LIAN clarifie la CHALEUR/PLENITUDE (dû à un excès d’énergie) du FOYER  SUPERIEUR et MEDIAN (ESTOMAC, FOIE et COEUR)

et HUANG BAI traite la CHALEUR/VIDE (dû à un vide d’énergie) du FOYER INFERIEUR (REINS, VESSIE, GROS INTESTIN et INTESTIN GRELE).

En terme de symptômes l’une traite notamment les nausées ou palpitation et l’autre traite entre autre, la cystite ou diarrhée.

Les cibles sont à la fois multiples et aussi très différentes selon la plante utilisée  même d’une famille analogue.

Merci de votre attention, n’hésitez pas à poser vos questions.

Vincent Thumelaire

www.medecine-chinoise.be

Voici un reportage vidéo en anglais sur ce sujet: http://www.youtube.com/watch?v=KKfeblng3Z4

BILBLIOGRAPHIE:

Prise de notes des cours de Pharmacopée chinoise-professeur Philippe SIONNEAU

Pharmacopée chinoise et acupuncture: les prescriptions efficaces. Philippe SIONNEAU

Pao Zhi: les substances médicinales chinoise préparées. Philippe SIONNEAU

Phytothérapie chinoise: les combinaisons efficaces. Philippe Sionneau

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Quelques fondamentaux de la culture chinoise à la radio

Emission radio  intéressante sur franceculture qui reçoit Cyril Javary venu parler de la culture chinoise ancienne et moderne.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4776714

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

QUI SONT LES CHINOIS ?

Je vous recommande chaudement cet ouvrage d’Elisabeth Martens.

QUI SONT LES CHINOIS? Pensées et paroles de Chine.

Elisabeth Martens

Edition Max Milo

Comprendre la pensée chinoise est un atout pour notre propre façon de voir le monde. Elisabeth Martens nous en fait la démonstration éclatante notamment via la linguistique si particulière du chinois.

Bonne lecture.

http://www.tiandi.be/index.php/publications/69-publications-qui-sont-les-chinois-paroles-et-pensees-de-chine

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

BONNE ANNEE DU CHEVAL

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le centre MEDCHIBEL vous souhaite une BONNE ANNEE 2014

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Soirée d’information et d’échange au centre MEDCHIBEL

LE CENTRE MEDCHIBEL

Vous accueille pour une soirée

d’information et d’échange autour

de la MEDECINE CHINOISE

:

CENTRE MEDCHIBEL

RUE RAYMOND LEBLEUX 47A

1428 LILLOIS-WITTERZEE

Quand :

Le vendredi 8 NOVEMBRE 2013 à 19H45

MERCI DE CONFIRMER VOTRE PRESENCE AU 0478 95 61 98

OU ENCORE ICI : medecinechinoise.belgique@yahoo.com

Au plaisir de vous voir.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pensée du jour

Les mots servent à communiquer les idées.

Quand les idées sont comprises, les mots sont oubliés.

Où trouverai-je un homme qui a oublié les mots?

C’est avec lui que je voudrais parler.

Zhouang Zhou 4 siècles avant J.C.

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

MEILLEURS VOEUX CHALEUREUX POUR 2013

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

FORMATION YANG SHENG

Je serai en charge de la formation  »Le Tao l’alignement » et vous êtes évidemment tous les  bienvenus. Voici l’affiche expliquant le fil de ces quatres jours:

http://martinshotelsnews.com/n/780/lartdubien-ntreconfrenceintroductivele29septembre2012.html?utm_source=crm_newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=spalartdubiennetre&utm_content=Browser+View

Publié dans diététique chinoise, Médecine Chinoise, News, Qi Gong, Yang sheng | Laisser un commentaire