Traiter les maladies émotionnelles et mentales en médecine chinoise

« Avec la médecine chinoise, on est condamné à étudier toute la vie. » (dixit Philippe Sionneau)

Le choix de mes formations vient évidemment de mes affinités mais aussi du souci de proposer des solutions aux plaintes de mes patients.

Or le constat que je partage avec de nombreux soignants, c’est la proportion élevée de patients souffrant de mal-être psychique. Et ce, même si le motif de consultation est autre.

Je viens de clôturer une spécialisation concernant la prise en charge des troubles psychiques et émotionnels en médecine chinoise.

Philippe Sionneau, qui est un de mes pères spirituels, est l’auteur de cet enseignement. Ci-joint le lien de la formation en question: http://www.sionneau.com/index.php?page=emotions-2010-2011 

La médecine chinoise a une conception globale d’un individu, le corps et l’esprit sont indissociables. Notre sphère psychologique est associée à nos manifestations physiques. 

En médecine chinoise les troubles psychologiques se traitent par le biais des plaintes corporelles. Le « support » de soins est le corps, il  n’existe pas de « psychologie à la chinoise ». 

Par conséquent, les critères de soins et d’évaluation sont concrets et viennent du décodage particulier de l’être humain que nous offre la médecine chinoise. Ces critères ne font pas de place au sous-entendu, ce qui est identifié est palpable « ici et maintenant ».  

La référence demeure le syndrome (voir l’explication de ce concept ici: http://www.medecine-chinoise.be/medecine_moderne_chinoise-concept_syndrome.awp) qui s’exprime par un ensemble de signes tant psychiques que somatiques.

De part leur culture confucéenne, les chinois n’expriment pas leurs émotions. La conséquence est une conversion possible des troubles psychiques en manifestations corporelles. 

De part cet état de cause, les médecins chinois ont poussé très loin la recherche de ce phénomène expliquant que l’esprit et le corps ne peuvent pas se manifester l’un sans l’autre et que le déséquilibre de l’un est en même temps le déséquilibre de l’autre.

Aujourd’hui, on bénéficie du travail de ces spécialistes qui nous offrent de réelles solutions concernant de nombreux troubles tels que:

psychose dépressive, schizophrénie, dépression mentale, mélancolie, maladies mentales durant la péride de menstruation, maladies mentales de la ménopause, neurasthénie, insomnie, anxiété (angoisse et névrose d’angoisse) trouble obsessionnel et compulsif (TOC), peur (frayeur-phobie), trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THDA), troubles de la mémoire, tristesse…

En rendant acteur de sa santé et en proposant des traitements naturels, simples, concrets et efficaces, la médecine chinoise (via l’acupuncture, la phytothérapie chinoise et la diététique chinoise)  répond à la demande croissante de patients souhaitant s’attaquer au mécanisme causant leur mal-être.  

Merci de votre attention.

Vincent Thumelaire

Bibliographie: TROUBLES PSYCHIQUES EN MEDECINE CHINOISE. Philippe Sionneau Guy Trédaniel éditeur

Cette entrée a été publiée dans Acupuncture, Médecine Chinoise, News, Phytothérapie chinoise. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>